X

Approche Humaniste Expérientielle

Le focusing s’inscrit dans le courant de la psychologie humaniste expérientielle.

La psychologie humaniste

La psychologie humaniste a une vision particulièrement humaine de la personne.

  • Elle lui reconnaît une valeur en tant qu’individu unique, original, profondément digne de respect.
  • Elle lui accorde le droit à s’autodéterminer.
  • Elle insiste particulièrement sur les compétences des personnes et leur potentiel de changement.

Cette perspective cherche à donner à la personne les moyens de trouver ses propres réponses dans les situations existentielles auxquelles elle est confrontée.

Le processus d’autonomisation, vu sous l’angle de l’actualisation d’un possible, va dans le sens de la croissance et de l’épanouissement de la personne à partir de l’exploitation du potentiel de situation.

Carl Rogers , avec quelques autres (A. Maslow, R. May,…), a ouvert la voie à ce courant humaniste qui prit le nom de « troisième force », pour se démarquer, à l’époque, de la psychanalyse et de l’approche expérimentale comportementaliste.

L’approche expérientielle

L’approche expérientielle met l’accent sur la dimension expérientielle, concrètement et corporellement ressentie, comme étant première, fondatrice, à l’origine du sentiment de soi.

Elle comporte différents aspects :

  • un aspect organismique : l’expérience prend corps au sein de l’organisme dans sa globalité. Elle a une dimension ressentie corporellement qui lui permet d’être concrètement repérable.
  • un aspect existentiel : La dimension expérientielle contient implicitement et de manière intriquée les caractéristiques complexes de la dimension existentielle pour une personne. Elle renvoie directement à la manière spécifique dont une personne se vit, en relation avec le monde et autrui.
  • un aspect implicite : il correspond à la réalité subjective interne à chaque individu non encore explicitée mais à la base de tout processus de symbolisation, représentation ou expression. Elle est implicitement riche de significations. Dans ce sens cette dimension est fondamentale, en deçà de toute élucidation.
  • un aspect processuel (rendu par la forme progressive « experiencing ») : l’expérience n’est pas envisagée en terme de contenu, mais de flux de sensations, impressions, sentiments qui ne cessent de se transformer, donnant lieu à de nouvelles informations, implications, ressources. Ce processus est directionnel, il progresse de lui-même dans une direction positive, logique, cohérente et intégrative.
  • un aspect fiable : la dimension expérientielle est digne de confiance car elle donne accès à ce qui est présent pour la personne, rendant compte en direct (sans intermédiaire) de comment la personne vit telle ou telle situation. Elle repose sur le vivant et son mouvement naturel.
  • un aspect référentiel : le flux expérientiel est porteur de repères, de sens et de connaissance pour la personne (qui s’y réfère). La personne peut s’y référer à tout instant pour apprendre quelque chose sur elle-même et le prendre comme lieu et processus d’évaluation interne.

La démarche expérientielle facilite un accès plus libre, plus ouvert et plus direct à la dimension expérientielle, ressentie corporellement, à partir de laquelle le changement pourra se produire.

A l’écoute de cette dimension, la personne en arrive à mieux se comprendre, à trouver des réponses à ses problèmes, à revoir sa façon de penser et à mettre en place un comportement adapté selon les circonstances en percevant ce qui lui convient plus particulièrement.

Gendlin, en mettant l’accent sur la dimension expérientielle et en développant une pratique et une théorie de l’ experiencing, a fourni des éléments clés à cette approche.

L’Approche Humaniste Expérientielle

L’Approche Humaniste Expérientielle est la dénomination internationale officielle consacrée au courant thérapeutique dans lequel entrent l’approche expérientielle du Focusing de Gendlin et l’ACP – Approche Centrée sur la Personne - de Rogers (« Handbook of psychotherapy and behaviour ” / « manuel de la psychothérapie et du comportement »). D’autres approches – comme la Gestalt par exemple – en font aussi parties. Ces approches s’appuient toutes sur une vision humaniste de l’être humain, elles valorisent l’expérience sensible des personnes dans la démarche thérapeutique.

Le focusing ainsi que l’Approche Centrée sur la Personne (ACP) de Rogers :

  • valorisent la personne et son processus d’individuation et d’actualisation.
  • mettent l’accent sur la qualité relationnelle client-thérapeute.
  • encouragent le client à trouver ses propres repères, à partir d’une autoévaluation expérientielle.
  • créent les conditions qui permettent au client d’accéder à ses propres ressources à partir de la base vivante de son expérience originale. L’expérience corporellement ressentie constitue une donnée référentielle/existentielle de base qui peut être appréhendée par une démarche phénoménologique directe.

Tous deux appartiennent à la branche définie par l’Approche Centrée sur la Personne et Expérientielle.

Actualités

L'IFEF propose de décourvrir le focusing à travers...
Eugene T. Gendlin, fondateur du Focusing, nous a q...
La réimpression du livre «Devenir qui je suis» de...

Évenements

Habay-la-Vieille (Belgique) - le 01 septembre 2017
_ (Belgique) - le 02 novembre 2017
Grenoble (FRANCE) - le 14 janvier 2018
Paris (M° Villejuif Louis Aragon) (FRANCE) - le 20 janvier 2018
Paris (M° Villejuif Louis Aragon) (FRANCE) - le 03 février 2018